***Matthias Ferranges*** Fan Forum Officiel

Pour soutenir le grand ALCHIMISTE qu'est ***Matthias Ferranges***
 
AccueilGalerieS'enregistrerConnexion
Connexion
Nom d'utilisateur:
Mot de passe:
Connexion automatique: 
:: Récupérer mon mot de passe
Qui est en ligne ?
Il y a en tout 1 utilisateur en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 1 Invité

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 16 le Mar 25 Aoû - 9:30
Statistiques
Nous avons 60 membres enregistrés
L'utilisateur enregistré le plus récent est Nandy

Nos membres ont posté un total de 2913 messages dans 568 sujets
Derniers sujets
» SG Wannabe.Kim Jong Wook.Fate reverse(east of eden ost)
Sam 26 Déc - 22:43 par shizuku

» [Kpop] Insooni - Goose's Dream
Sam 26 Déc - 22:37 par shizuku

» Poèmes de Shizuku
Sam 26 Déc - 22:32 par shizuku

» joyeux anniversaire Felineda
Lun 29 Déc - 1:04 par Felineda

» Souhaitons de joyeuses fêtes a Matthias,
Lun 22 Déc - 0:56 par Felineda

» Félineda devient sérieuse...
Jeu 4 Déc - 13:54 par Felineda

» Bientôt...
Dim 30 Nov - 19:27 par Felineda

» Mozart l'opéra rock
Dim 30 Nov - 19:01 par Felineda

» Joyeux anniversaire Thomas !
Dim 30 Nov - 18:53 par Felineda

Meilleurs posteurs
***Florence***
 
Felineda
 
Dâm'
 
mimi25
 
emmeline
 
shizuku
 
Quistis
 
Admin Elodie
 
Pixie
 
***Matthias***
 
Novembre 2018
LunMarMerJeuVenSamDim
   1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  
CalendrierCalendrier
Sondage
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée

Partagez | 
 

 Poèmes de Shizuku

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
shizuku
Membres
Membres
avatar

Masculin
Nombre de messages : 84
Age : 38
Localisation : la france pardi lol
Date d'inscription : 11/10/2007

MessageSujet: Re: Poèmes de Shizuku   Sam 26 Déc - 22:32

et ta mere c yves le guern la connaissance est pour tous lerreur est humaine toi dieu ravelera ta vanité occupe toi de tes fesses et de se forum que tout le monde a oublier quand une ou deux personnes sen occupait pitoyabllee
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nandy
Membres
Membres


Nombre de messages : 2
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Poèmes de Shizuku   Ven 13 Nov - 7:07

shizuku a écrit:
ecrire




Ecrire c’est crier en silence
Et silencieusement j’écris
La vie n’a plus aucune importance
Quand elle est pleine de décris




Quel grand mot que l’ignorance
Mais quelle séduction aussi
Heureux les simples d’esprit
Tout ne leur est qu’indifférence





Ecrire c’est crier en silence
Et silencieusement je crie
Je crie ma haine et ma souffrance
Pour ce monde qui me décrie




Je pose là mes maux d’ignorance
J’ai ouvert les yeux à la vie
Je ne veux plus de la souffrance
Je ne veux plus que mon envie

Encore un poème sans que tu cites son auteur ... ce poème est de Yves Le Guern..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nandy
Membres
Membres


Nombre de messages : 2
Date d'inscription : 13/11/2009

MessageSujet: Re: Poèmes de Shizuku   Ven 13 Nov - 6:38

shizuku a écrit:
les mots

Il est des mots doux comme miel
Qu’on sirote à petite dose
À pleine bouche en essentiel
Extase jusqu’à l’overdose

Il est des mots durs comme fiel
Qu’on ressasse comme apodose
À plein poumon au gré du ciel
Calvaire pavé de surdose

Mais les mots ne sont que des mots
Parce que seuls les actes comptent
Doux ou bien miel, durs ou bien fiel
Les mots mentent sans avoir honte

Tu devrais citer l'auteur.. poème de Yves Le Guern
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shizuku
Membres
Membres
avatar

Masculin
Nombre de messages : 84
Age : 38
Localisation : la france pardi lol
Date d'inscription : 11/10/2007

MessageSujet: Re: Poèmes de Shizuku   Sam 31 Mai - 19:09

les mots

Il est des mots doux comme miel
Qu’on sirote à petite dose
À pleine bouche en essentiel
Extase jusqu’à l’overdose

Il est des mots durs comme fiel
Qu’on ressasse comme apodose
À plein poumon au gré du ciel
Calvaire pavé de surdose

Mais les mots ne sont que des mots
Parce que seuls les actes comptent
Doux ou bien miel, durs ou bien fiel
Les mots mentent sans avoir honte
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shizuku
Membres
Membres
avatar

Masculin
Nombre de messages : 84
Age : 38
Localisation : la france pardi lol
Date d'inscription : 11/10/2007

MessageSujet: Re: Poèmes de Shizuku   Sam 31 Mai - 19:04

ecrire




Ecrire c’est crier en silence
Et silencieusement j’écris
La vie n’a plus aucune importance
Quand elle est pleine de décris




Quel grand mot que l’ignorance
Mais quelle séduction aussi
Heureux les simples d’esprit
Tout ne leur est qu’indifférence





Ecrire c’est crier en silence
Et silencieusement je crie
Je crie ma haine et ma souffrance
Pour ce monde qui me décrie




Je pose là mes maux d’ignorance
J’ai ouvert les yeux à la vie
Je ne veux plus de la souffrance
Je ne veux plus que mon envie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shizuku
Membres
Membres
avatar

Masculin
Nombre de messages : 84
Age : 38
Localisation : la france pardi lol
Date d'inscription : 11/10/2007

MessageSujet: loge des neuf sens   Sam 31 Mai - 19:03

Le silence me taira
Tout ce qu’il a pu répondre
L’œil en pince s’ouvrira
Devant l’aube à son plus sombre

Et des mains prendre équilibre
Au matin de chaque instant
Faire un peu trembler la fibre
De sa chair et de son sang

Un peu du sucre et du sel

Prendre à boire maintenant
Désaltérer de ce sable
Reflet dense du présent
Mordre à peine désirable

La conscience coloriée
Subtile odeur arc-en-ciel
Digitale satiété
Livre de peau torrentiel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Felineda
Moderateur
Moderateur
avatar

Féminin
Nombre de messages : 480
Age : 29
Localisation : Nord
Humeur : Admirative
Date d'inscription : 16/01/2008

MessageSujet: Re: Poèmes de Shizuku   Dim 20 Avr - 20:46

shizuku a écrit:
Lune veux être mére
et marier à un gitan
Il naquit l'enfant
Tout comme l'hermine
Il était blanc
[...]
Zoli !! Avec un petit air d'une ancienne chanson de Macano (treeees jolie elle aussi !!! )
qui s'appelle "Hijo de la luna" qui a ete chanté et en Francais et en Espagnol

Clip avec des loups Wink ==> https://www.youtube.com/watch?v=HufaH23byfs

_________________
userbar

Félineda
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shizuku
Membres
Membres
avatar

Masculin
Nombre de messages : 84
Age : 38
Localisation : la france pardi lol
Date d'inscription : 11/10/2007

MessageSujet: fils de la lune   Dim 20 Avr - 2:56

Lune veux être mére
et marier à un gitan
Il naquit l'enfant
Tout comme l'hermine
Il était blanc
Ses prunelles grises
Pas couleur olive
Fils albinos de lune
Et les soirs ou l'enfant joue et sourit
De joie aussi la lune s'arrondit
Et lorsque l'enfant pleure
Elle décroit pour lui faire
Un berceau de lumière
Fils de la Lune..
Blanc comme neige
Il hurle
Sa mélodie berce son père
L'aigüe de sa chanson
Fait vibrer les étoiles

pour toi chere florence et ta passion pour les loups bisous
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shizuku
Membres
Membres
avatar

Masculin
Nombre de messages : 84
Age : 38
Localisation : la france pardi lol
Date d'inscription : 11/10/2007

MessageSujet: les Petits pauvres   Dim 20 Avr - 2:53

Nus-pieds dans la poussière,
marchant sur la misère,
pauvres gosses égarés,
dans vos yeux, quelle fatalité.

En haillons dans les rues,
leurs sourires n'est plus,
pâles reflets dans leur regard,
le caniveau pour point de départ.

Mandicité à la prostitution,
chemin menant à la dérision,
plus aucun repaire,
descente en enfer.

Ce sont encore des enfants,
devenus tour à tour, errants,
des hommes abusent d'eux,
leur faisant croire à un autre heureux.

Ils sont toujours ici à Calcutta,
les pauvres de Mère Thérésa,
elle, qui les rêvait, retrouvant leur dignité,
sur leur visage, un sourire esquissé.

Mais ils sont nus-pieds dans la poussière,
marchant encore sur la misère...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shizuku
Membres
Membres
avatar

Masculin
Nombre de messages : 84
Age : 38
Localisation : la france pardi lol
Date d'inscription : 11/10/2007

MessageSujet: MONDE PERDUE   Dim 20 Avr - 2:48

Quand mon coeur

se fait desespoir

où t en vas tu

monde perdu

Quand je pleure

de rage et de peur

répandues

où t en vas tu

monde perdu

quand silence

eteint tout espoir

acquiesce

fausse gloire

ou t en vas tu

monde perdu

Mais mon âme

reste flamme

yeux aux ciel

attend l aile

du sauveur

l Eternelle demeure

Etendue

sur nous étendue

dans ce monde éperdu

averse d Amour répandue

j attends ce jour

J attends pour tous tous secours
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shizuku
Membres
Membres
avatar

Masculin
Nombre de messages : 84
Age : 38
Localisation : la france pardi lol
Date d'inscription : 11/10/2007

MessageSujet: AU DELA ?   Dim 20 Avr - 2:46

Comme un enfant quittant la manne paternelle,
L’homme depuis longtemps s’est éloigné des Dieux,
Il cherche à voir le monde avec ses propres yeux
Et n’a plus vraiment foi dans la vie éternelle.

La raison cherche en vain, quête irrationnelle
Qui sort de son domaine et laisse soucieux
Le prêcheur convaincu qui veut prouver les Cieux
La réponse s’avère être émotionnelle.

Si nous étions ici pour boire et pour manger
Etre éternel ou non n’y pourrait rien changer.
Mais l’œuvre de l’humain tient à sa raison d’être :

Elle engage son cœur, le lie à son destin
Et si le corps usé doit un jour disparaître,
C’est pour franchir la nuit vers un nouveau matin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shizuku
Membres
Membres
avatar

Masculin
Nombre de messages : 84
Age : 38
Localisation : la france pardi lol
Date d'inscription : 11/10/2007

MessageSujet: pulsion!!!!   Ven 29 Fév - 2:18

PULSION !!!


Vas donc savoir
un coup de coeur sans le vouloir
un coup de sang avec espoir

la vapeur la soupape
ou êtes-vous je m' échappe
passes par la trappe

mets les voiles je suis le vent
heureux comme l'enfant
je fuis je cherche je sens

ha vous ici la belle surprise
sommes-nous cousins frères tu aimes les cerises
incroyable je pleure de bonheur une friandise

comprenez je renais comme les chats
je suis d'ici de là
vous aussi je ne sais pas
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shizuku
Membres
Membres
avatar

Masculin
Nombre de messages : 84
Age : 38
Localisation : la france pardi lol
Date d'inscription : 11/10/2007

MessageSujet: la bouche de dieu   Dim 24 Fév - 17:46

LA BOUCHE DE DIEU


La bouche de Dieu, tous les matins,
Lorsque le Soleil se lève,
Te donne un baiser,
Tout en silence, tout en douceur.

Tu te réveilles et lui demandes,
Qu’est-ce que tu veux ?
Je suis submergée dans les profondes
Eaux de mes pensés.

Il me répond : c’est bien pour cela,
Que tous les jours, j’ouvre ma bouche,
Pour que cette profondeur de pensées,
Qui te font descendre aux enfers,
T’amènent à ma lumière.

Laisse toi envoler comme l’oiseau de Ma Paix,
Je t’accueille, tous les matins,
Je t’aime, suit mon conseil,
Je suis Ton seul Dieu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shizuku
Membres
Membres
avatar

Masculin
Nombre de messages : 84
Age : 38
Localisation : la france pardi lol
Date d'inscription : 11/10/2007

MessageSujet: crepuscule   Dim 24 Fév - 17:45

CRÉPUSCULE


Le blême crépuscule arrive sur le monde
Qui s’endort peu à peu, tandis que se révèle
Le royaume de l’ombre aux teintes de pastel
De noirs et de gris-bleu, de blancs qui se morfondent.

Dans cette aube inversée les êtres se confondent,
Les lignes et contours semblent artificielles.
On ne sait plus vraiment où la terre où le ciel
Ont l’empire absolu de leur vie vagabonde.

L’opaque pullulant laisse l’indéfini
Revêtir un instant les habits que pour lui
Mon regard ébahi s’était imaginé.

Il y grouille dedans de rêves non finis,
De troubles sentiments, de désirs et d’envies.
Au miroir de la nuit, mon ombre est reflétée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shizuku
Membres
Membres
avatar

Masculin
Nombre de messages : 84
Age : 38
Localisation : la france pardi lol
Date d'inscription : 11/10/2007

MessageSujet: ODE A LA TERRE   Sam 16 Fév - 12:55

ODE A LA TERRE


Que de mots seyent bien à ton nom, belle Terre,
Que de fois le poète, ardent à te louer
N’a-t-il été comblé de trouver, pour rimer :
Chère, sphère, lumière ou mère nourricière
Et bien d’autres encore, il suffit de chercher

Que ce soit ce vaisseau qui vogue dans l’espace
Et que la main de Dieu guide vers son destin,
Ou ce sol nourricier qui prodigue le grain,
Le poète toujours t’as mis en bonne place
Entre l’amour, la guerre et le chant de matin

Mais à tant t’honorer, à te chercher une âme
Qu’à profusion, des mots, trouvés là par bonheur
Font s’allumer en nous et nous laissent rêveur,
Le gai poète occulte un précieux sésame,
Pour nous, clé de la foi, rempart contre la peur

Cette peur que certains voient en l’Apocalypse
Brandie à contre sens comme un épouvantail,
Fin du monde ostensible exposée en détail.
Cette façon de voir notre destin éclipse
Ce grand panorama, fausse le gouvernail.

Tel annonce à grands cris, tout fier, sa fin du monde
Où les bons seront oins et les méchants exclus
(Car les prédicateurs sont forcément élus)
Mais l’échéance passe et cesse la faconde
Quand les prêches taris se trouvent confondus.

On n’est pas à l’abri malgré nos découvertes
Car aujourd’hui la science y va de son couplet :
Comète, envahisseurs, le service est complet.
Pour donner leur avis, les langues sont disertes,
Mais le plat refroidi, tombe comme un soufflet.

Le monde est-il obscur ? avons nous des œillères ?
Car nous ne voulons voir que ce qui nous convient,
Dédaignant le symbole et tout ce qu’il contient.
Si nous savions penser avec d’autres lumières,
Nous pourrions voir comment notre avenir est peint.

Ce qui nous est offert, édifiante fresque,
Du plan de la Genèse à la vision de Jean
Devrait être pour nous un précieux talisman.
Nous n’en savons tirer qu’une impression dantesque.
Elle a le sens d’un dieu, l’ordre d’un vaste plan.

Amour, le sceau d’un dieu se voit dans l’harmonie,
Dans la correspondance entre les éléments.
Qui résonne en notre âme et dans nos sentiments.
Et nous le ressentons, nous, dans la poésie
Quand cette vigne croît, donnant mille sarments.

Nous goûtons de son vin, devenons euphoriques,
Nous trouvons chaque jour mille comparaisons.
Comme des chercheurs d’or, nous creusons, tamisons,
Mais ce ne sont souvent qu’images oniriques.
L’essentiel est plus loin, sous d’autres horizons.

La Terre ne pourrait, par des mains étrangères
Mourir et nous tuer par accidents fortuits
Comme la foudre abat des arbres pleins de fruits.
Elle nous conduira jusqu’à nos fins dernières
Sauf si nous descendons, libres, au fond du puits.

Est-il donc orgueilleux d’imaginer que l’Homme
Est le but essentiel de tout le plan divin.
Et le Terre le porte ! Honorer ce destin
Est son devoir vital depuis que cette pomme
Lui permit de choisir clairement son chemin.

Orgueilleux, l’Homme l’est. Il puise à cette force
Pour redresser son front face à l’adversité,
Ou lorsque l’injustice atteint sa dignité.
Mais elle ne doit pas être plus qu’une écorce
Qui protège sa vie, exclut la vanité.

Car elle peut souvent lui monter à la tête,
L’aveugler, attiser son désir de pouvoir,
Faire prendre un chemin d’où l’on ne peut plus voir
Que notre œuvre est contraire au sens de la planète,
Aussi, qu’il est trop tard, souvent, pour y surseoir.

Avant, les souverains avaient, en leur puissance
Par rapport à la Terre, un pouvoir limité.
Les lois se référaient à une déité,
La peur d’un châtiment pesait dans la balance
L’esprit soufflait souvent dans la mentalité.

Aujourd’hui, pour un temps, vit le matérialisme.
On dit, de son trajet, qu’il est exponentiel
Et qu’il est un tremplin pour aller vers le Ciel…
On se laisse emporter sur l’aile d’un sophisme !
Le progrès est en marche et c’est là l’essentiel.

L’immensité se voit rien qu’en levant la tête ;
Pourquoi douter alors que tout est infini :
L’errance du passé va plonger dans l’oubli,
Bientôt s’éclairciront les ombres que projette
Un dieu vieillissant mal, par le doute affaibli.

La mondialisation, d’ailleurs, est une chance
Pour qui veut rassembler enfin le genre humain.
Les hommes tous unis, marchant main dans la main !
Mais sous quelle bannière ? amour ou contingence ?
Les hommes affamés mangent du mauvais pain.

Le croyant qui attend une manne divine
Pourra-t-il concevoir qu’il doit d’abord changer
Sa façon de penser ? Le Ciel est étranger
Aux concepts usuels. Il faut que s’imagine,
Pour comprendre la Terre, un nouvel horloger.

Le cœur du monde bat, aujourd’hui c’est d’angoisse.
La Terre, être vivant sent que notre âme dort.
Comment la réveiller ? De là dépend son sort.
Ouvrir grand ses volets, secouer sa paillasse,
Voir la Terre et le Ciel avec un autre abord

Se remettre en question, lâcher la main courante :
Voilà des points d’appui pour prendre un bon départ.
Ensuite l’âme s’ouvre, éclaire du regard
Les non-dits, les coins noirs qui étaient en attente
D’une aube de printemps qui fera fleurir l’art.

Le gai poète occulte un précieux sésame,
Mais il tisse le lien qui permet de sentir
Que la Terre et notre être, en un même soupir,
Issus d’un même geste et d’une même flamme
Sont liés et suivront un même devenir.

Le plaisir du poète est d’offrir aux oreilles
Les sons harmonieux qui vibrent dans les mots
Afin que l’auditeur ressente les échos
D’impressions qu’il connaît et qu’il trouve pareilles
Aux ondes d’émotions qui courent sur ses os.

Alors, dans le tréfonds naissent des résonances
Et notre cœur perçoit en de nouveaux rapports
Cet environnement où s’émeut notre corps
Pour vivre en harmonie avec les ordonnances
Qui régissent les lois vivantes du dehors.

L’Homme, consciemment ou pas, a dans l’idée
Qu’il doit évoluer. Mais en quelle saison
Pense-t-il vivre alors et vers quel horizon
La marche de ses pas serait elle guidée ?
C’est pour l’heure, en ce sens, la brûlante question.

On croit avec raison que c’est en saison chaude
Que nous évoluons, en pleine intensité,
En voyant le progrès et la diversité
Des orientations, des plans qu’on échafaude.
On peut dire à coup sûr : nous sommes en été.

Faut-il penser alors que la saison suivante
Changera le décor, laissant les arbres nus,
Que les plus insensés en seront parvenus
A vivre en artifice au lieu d’être en attente
De renouveaux prégnants mais pour eux inconnus ?

Le repos de l’hiver permet à l’être humain
D’intérioriser, de préparer le grain,
D’intégrer à la pâte un ferment qui, demain,
Fera, d’un nouveau pain, la nourriture saine
Pour que l’Homme, en mangeant, soit son propre levain.

La liberté sublime un choix de destinée.
Il est sain qu’une ânesse accouche d’un ânon
Plutôt que d’un bardot sans âme et sans prénom.
Pour autant serait elle élue ou condamnée ?
Qui comprend ce symbole aura la solution !*

L’homme doit honorer notre belle planète.
Saura-t-il avec elle entrer en communion ?
Saura-t-il, une fois, lui poser la question :
Qui, du scientifique ou du simple poète
Osera demander : Terre, quel est ton nom ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shizuku
Membres
Membres
avatar

Masculin
Nombre de messages : 84
Age : 38
Localisation : la france pardi lol
Date d'inscription : 11/10/2007

MessageSujet: la voix interne   Ven 8 Fév - 23:04

LA VOIX INTERNE


Je n'étais qu'un fétu de paille
Emporté dans les tourbillons
D'une vie pleine de vertiges
Si maigres furent mes semailles
Qu'en remontant dans mes sillons
Je ne vois que vagues vestiges

Une petite voix interne
Me susurrait ta vie est terne
Si éphémère est le printemps
Pendant qu'il en est encore temps
Tu devrais sortir du système
Pour aller dire simplement
A tous les êtres que tu aimes
Que tu les aimes

Que d'arrivées que de départs
Que de chimères pourchassées
Depuis le jour de ma naissance
Que de baisers perdus épars
Que de limites dépassées
Pour si petite connaissance

Et puis toujours la voix interne
Qui susurrait ta vie est terne
Si pur est le beau sentiment
Si rare l'émerveillement
Tu devrais sortir du système
Pour aller dire simplement
A tous les êtres que tu aimes
Que tu les aimes

Aux diable tous les artifices
Les longs silences les pudeurs
La vie trépidante surfaite
Le plus cruel des sacrifices
N'est-il pas dans les profondeurs
De l'âme face à ses défaites

J'ai pris au mot la voix interne
Ma vie est de moins en moins terne
Je vois aux rayons du matin
Se rallumer les feux éteints
J'ai tourné le dos au système
Heureux de pouvoir simplement
Dire à tous êtres que j'aime
Que je les aime
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shizuku
Membres
Membres
avatar

Masculin
Nombre de messages : 84
Age : 38
Localisation : la france pardi lol
Date d'inscription : 11/10/2007

MessageSujet: A UNE FLEUR NOIRE   Dim 3 Fév - 16:12

A UNE FLEUR NOIRE


Voici venir les heures où dormant sur sa tige
Chaque rose évapore ainsi que l'encensoir
Les parfums de la flore montent dans l'air du soir
En fabuleuses odeurs au langoureux vertige

Chaque rose évapore ainsi que l'encensoir
Pour que vibre mon coeur un suave prestige
En fabuleuses odeurs au langoureux vertige
Que la nature endor en senteur nonchaloir

Pour que vibre mon coeur un suave prestige
L'hymne au ciel couleur d'or dans l'haleine du soir
Que la nature endor en senteur nonchaloir
Me rend admirateur de l'azur qui se fige

L'hymne au ciel couleur d'or dans l'haleine du soir
Faisant vibrer mon coeur au merveilleux prodige
Rendu admirateur de l'azur qui se fige
Du simple créateur d'une belle fleur noire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shizuku
Membres
Membres
avatar

Masculin
Nombre de messages : 84
Age : 38
Localisation : la france pardi lol
Date d'inscription : 11/10/2007

MessageSujet: L’homme qui cherchait la lumière   Dim 3 Fév - 16:11

L'HOMME QUI CHERCHAIT LA LUMIÈRE

(Aux quêteurs d’absolu)

à mon grand père

Depuis longtemps déjà rien n’allait plus.
Le temps accentuait sa souffrance
Et la mort ricanait en silence.
Depuis longtemps déjà rien n’allait plus.

L’homme qui cherchait la lumière
Ignorait encore qu’il était perdu
Méprisant le regard de ses frères
Il commença sa quête, éperdu.

Il marcha longtemps dans les ténèbres
Guidé par sa farouche volonté
Heurté par des obstacles démontés
D’un dédale tristement célèbre.

L’homme qui cherchait la lumière
Ignorait toujours qu’il était perdu
Méprisant le regard de ses frères
Il continua sa quête éperdue.

Mais alors que la fin était proche
L’homme qui cherchait la lumière
Ferma doucement ses paupières
Et tomba à genoux sur la roche.

Joignant ses mains ensemble, il pria
Il pria ce Dieu longtemps disparu
Dans cette ultime épreuve, il cria
Comme à ce premier jour où il parut.

Depuis longtemps déjà rien n’allait plus.
L’homme qui cherchait la lumière
A fermé les yeux et n’existe plus.
Il ne reste rien qu’une prière.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shizuku
Membres
Membres
avatar

Masculin
Nombre de messages : 84
Age : 38
Localisation : la france pardi lol
Date d'inscription : 11/10/2007

MessageSujet: Sonnet pour la paix   Dim 3 Fév - 16:09

SONNET POUR LA PAIX



Ils ont fait sauter des bombes,
Les trains deviennent des tombes,
Ont explosé sur les vivants.
Les onze ont été sanglants.

Comme les deux tours vacillent,
Devant les avions faucilles,
Sont écroulées sur les vivants.
Les onze ont été sanglants.

De septembre et de mars, onze
À la sinistre mémoire,
Sonnent les cloches de bronze,

Comme autant de célestes voix,
Qui, pour la dernière fois,
Chantent pour la paix, leur espoir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shizuku
Membres
Membres
avatar

Masculin
Nombre de messages : 84
Age : 38
Localisation : la france pardi lol
Date d'inscription : 11/10/2007

MessageSujet: le magnolia   Dim 3 Fév - 16:06

LE MAGNOLIA


Quand à l’automne le lilas
Perd ses couleurs et ses adieux
Voilà que vient le magnolia
Tandis que vole le courlieu

La fleur blanche du magnolia
Avait fleuri ce matin là
Et sur la branche qui s’émeut
Une couronne à qui la veut

Elle attend la belle qui va
De son front orner ses cheveux
Pour rejoindre son amoureux
Qui l’attend comme elle rêva

Elle enlace par ses cheveux
Le corps aimé d’un doux aveu
La fleur blanche du magnolia
Comme une étoile, le lia

Depuis ce temps le magnolia
Fleurit toujours quand les lilas
Ont tous perdu dedans leurs yeux
Cette douceur des temps heureux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shizuku
Membres
Membres
avatar

Masculin
Nombre de messages : 84
Age : 38
Localisation : la france pardi lol
Date d'inscription : 11/10/2007

MessageSujet: l oiseau   Dim 20 Jan - 22:45

L'OISEAU


Je voudrais désirer
Encore et encore
Faire que le monde que j’honore
Soit le monde espéré

Vole l’oiseau dans les cieux
Sans se préoccuper
Ni d’Allah ni de Dieu
Silhouette blanche finement découpée

Encore un effort, un tout petit
Que tout un chacun peut faire
Pour mériter son paradis
Maintenant sur cette terre

Je voudrais des graines de paix
Boîtes de Pandore
Que l’oiseau picore
Et que je sème sur les épées

Je voudrais enfin
Que le genre humain
Finisse ses querelles
Et s’envole à tire d’aile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shizuku
Membres
Membres
avatar

Masculin
Nombre de messages : 84
Age : 38
Localisation : la france pardi lol
Date d'inscription : 11/10/2007

MessageSujet: le buisson aux ephemeres   Dim 20 Jan - 22:45

LE BUISSON AUX ÉPHÉMÈRES


Quand j’ai cueilli aujourd’hui
Du buisson aux éphémères
Une fleur vivante amère
Au parfum sitôt détruit,

Et qu’hélas je n’ai pas su
Comment il me fallait faire
Pour que de vivante amère
Elle devienne mon dû,

J’ai pleuré sur la fleur nue
Comme un enfant sur sa mère
M’apitoyant sur l’amère
Et trop chère disparue.

Je voudrais encore faire
Surgir des papillons blancs
Du buisson aux éphémères
Cueillir la fleur en rêvant,

Mais le temps, cet inconstant
Ne te permet pas ou guère
De cueillir la fleur du temps
Du buisson aux éphémères.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shizuku
Membres
Membres
avatar

Masculin
Nombre de messages : 84
Age : 38
Localisation : la france pardi lol
Date d'inscription : 11/10/2007

MessageSujet: le lys blanc   Dim 20 Jan - 22:44

LE LYS BLANC


Perdu dans les contrées sauvages et froides
Un lac, noyé sous des brumes légères
Abrite sur ses rives floues et mensongères
Des ombres irréelles aux formes roides

Entouré de mystère, dans la lumière
Blafarde de la lune au regard morne
Le lys blanc apparaît dans ces lieux et s’orne
D’une pâle couronne aux contours flous et fiers

Un vent violent, un instant s’est levé
Agitant les eaux calmes du lac endormi
Réveillant par un charme secret, les génies
Des eaux, qui allaient donnant la vie, libérés.

Et le lys blanc, en ondine s’est transformée.
Ses traits transparents, aussi légers que l’air
Scintillaient dans les raies de lune comme du verre
Révélant la pureté d’un coeur qui aimait.

Mais au matin, au premier rayon de l’aube
L’ondine disparut dans la brume chaude.
Doucement, le lys blanc se balançait encore
Dans la brise naissante de l’aurore.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shizuku
Membres
Membres
avatar

Masculin
Nombre de messages : 84
Age : 38
Localisation : la france pardi lol
Date d'inscription : 11/10/2007

MessageSujet: ciel etoilé sur la toile   Mar 15 Jan - 1:49

CIEL ÉTOILÉ SUR LA TOILE


Et ce ciel étoilé, peint sur la toile d'immensité
Offre à perte de vue la splendide voie lactée
Des yeux écarquillés se promènent sur la belle
Toute de noir vêtue, parée de mille chandelles

Mais pourquoi les humains aux faîtes de nos villes
Viennent-ils les aveugler par des lumières stériles
Pourquoi vouloir cacher cette parure éternelle
Qu'offre la galaxie pourvue de ses merveilles

Combien de leurs enfants sont privés de la joie
D'admirer les comètes et autres constellations
Même les astronomes ne cachent pas leur effroi
De ne pouvoir un jour assouvir leur passion

Ces halos illusoires trompent les migrateurs
Qui meurent par milliers attirés par ces leurres
Ils heurtent les structures et leur vol prend fin
Ils échouent sur l'asphalte piégés par ces requins

Puissent un jour les jeunes découvrir ces beautés
Apprendre à les aimer et s'en émerveiller
L'homme détruit en eux la source spirituelle
Sa folie des grandeurs rend ce monde bien cruel

Oui, il oublie encore que les plus belles valeurs
Naissent de la nature pour jaillir dans les cœurs
Oui, cette humanité est bien vouée à s'éteindre
Pour de factices symboles, car elle ne sait que feindre ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shizuku
Membres
Membres
avatar

Masculin
Nombre de messages : 84
Age : 38
Localisation : la france pardi lol
Date d'inscription : 11/10/2007

MessageSujet: le sommeil du poete   Mar 15 Jan - 1:44

LE SOMMEIL DU POÈTE


Le poète qui dort en moi de son sommeil de plomb
Tu es venue l’animer et tu l’as tiré de son assoupissement
Epris de sommeil, devenu muet et lent
Pas un mot de prononcé depuis si longtemps
Aujourd’hui ses propos gagnent en cohérence et tient bon
Juste pour être à la hauteur de ta belle silhouette et de ton talent
Le ruissellement de ton charme qui loin s’étend
L’a arraché aux morts et aux rangs des absents

Je n’ai jamais cru qu’un jour
Je finirai poète et troubadour
Ou devenir fou d’amour
Tel un feu qui vous entoure
Je l’ai dit et ce, depuis toujours
Que je suis hors du coup, c’est fait pour les balourds
En ce temps, je ne peux réaliser le traître tour
Là, j’y suis dedans, seul, en pleine cour
Pénétrant de tout mon long dans l’âtre du four
Pas encore calciné et gardant tous mes atours

J’ai cru être en paix et enfin serein
Mon cœur n’est qu’un organe banal
Battant à son rythme, je le sens bien
Suivant sa cadence tel un cheval
Comme si le rêve te tient par la main
Et travesti tes taches en carnaval
Tout ce que j’ignore en vain
Devient mon souci primordial
J’avance et je gagne du chemin
Sans obstacle et sans rival

L’image qui s’offre à ma vue échappe à la prunelle de vos yeux
C’est mon œil qui me sert de mesure et de métré
L’objet de mes sensations échappe à votre réceptivité
Rien d’égal que mon immense sensibilité
Le mot attendu et recherché
Est sur le bout de ma langue, fixé
Ce que vous voulez dire et exprimer
Vous le trouverez dans mes poèmes, cité
Le mot vient seul, sans y penser
Mes paroles sont des rimes toutes versifiées

Sur mesure et le verbe bien ficelé
Les mots points choisis ou triés
Le poète gisant en moi
Me résous tous les aléas
Il s’en va les puiser
D’une haute source qui affluait
Les mots sont biens appuyés
A croire que je suis un poète de renom
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Poèmes de Shizuku   

Revenir en haut Aller en bas
 
Poèmes de Shizuku
Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Le recueil de poèmes de merde
» La mélodie française et ses poèmes
» Les Poèmes et les amitiés
» Sibelius - Poèmes symphoniques
» Poésie Italienne

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
***Matthias Ferranges*** Fan Forum Officiel :: Vos créations :: Poèmes et Textes :: Poèmes de Shizuku-
Sauter vers: